14 mars 2011

Charme

Faut-il en parler ou pas ? Le corps va-t-il tout seul s'en débrouiller ? Là c'est brusquement dans l'estomac. Pas vraiment très douloureux : j'envoie des pensées sages en même temps que de l'air respirable. Mais chaque fois qu'arrive un mail je me demande si c'est toi. Je me suis mis dans la merde – comme tu as dit. Je me suis jeté contre ton aura comme un papillon dans la flamme. Contre ta lumière. Contre ta beauté, ton intelligence, contre ton charme. Ce mot que j'avais inscrit, malgré moi, à la suite de celui d'une autre ville où nous devions nous rencontrer, hier. Mais nous sommes allés à Charmes. Il pleuvait. Je m'étais remis en mémoire le petit texte charmant (encore!) du philosophe Alain : " Voici une petite pluie etc.... vous ouvrez votre parapluie et c'est assez. A quoi bon dire "encore cette sale pluie"... Pourquoi ne dites-vous pas tout aussi bien "oh la bonne pluie !"... Un texte qui parle du sourire qui fait du bien aux hommes. Et je n'étais qu'un sourireP1140608 pendant ces heures où nous marchions sous la pluie, protégés par le parapluie, ange gardien burlesque mais discret.
Oui, nous faisons des textes après ça. Et le corps endolori par le charme va mieux. Tu m'avais montré tout un roman que tu étais en train d'écrire, depuis plusieurs années je crois. Cruel, précis, documenté, architecturé, émouvant. Et je comprends que c'était pour te soulager d'un charme. 

Posté par kelcun à 19:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Charme

Nouveau commentaire